jeudi 10 mai 2018

Voilà, comment sortir de la crise!

f.u. Après l'analyse sur l'état de notre pays dans les deux numéros précédents, beaucoup de lecteurs se sont posé la question: Alors, que faut-il faire? 

La seule pression politique ne convaincra pas Kabila de laisser le pouvoir - au moins pas s'il vient de Paris, de Bruxelles ou de Washington. C'est précisément la raison pour laquelle les sanctions imposées par l'Union Européenne aux dirigeants congolais sont largement inefficaces.

L'Occident devrait plutôt soutenir ceux qui sont encore les plus susceptibles d'être entendus à Kabila: les principales voix critiques dans le pays et dans la sous-région. Ici, les chances sont bien meilleures qu'au début de la crise actuelle. Avec Mugabe au Zimbabwe, Zuma en Afrique du Sud et dos Santos en Angola, trois leaders importants dans le voisinage du Congo qui soutenaient Kabila depuis longtemps ont dû abandonner le pouvoir ces derniers mois. La SADC, la Communauté de développement de l'Afrique australe, est maintenant largement d'accord sur le fait que le Congo a besoin d'élections et d'un successeur à Kabila dès que possible. Dans le pays même, l'Église catholique - la plus grande et la plus puissante d'Afrique - prône de plus en plus vigoureusement le changement. Récemment, elle a également été soutenue par les protestants et les musulmans.

Quiconque veut un changement de pouvoir pacifique à Kinshasa doit soutenir ces acteurs dans leurs efforts pour ramener Kabila à la raison - financièrement, mais aussi logistiquement si nécessaire, par exemple en organisant des réunions. Sans partenaire, les puissances occidentales de Kinshasa se heurtent à un mur et menacent de prolonger l'impasse catastrophique. Reste à savoir si Kabila devrait être garanti dans les négociations - immunité pénale ou protection d'une partie de ses actifs - reste à voir. Mais sans compromis, la crise sera difficilement désamorcée.

Mais avant de pouvoir envisager un vote équitable, il faut contenir la violence et la catastrophe humanitaire qui y est associée. L'Occident ne pourra pas éviter une augmentation massive de l'aide d'urgence. Il y a beaucoup de vies en jeu. Le Congo le sait mieux que n'importe où ailleurs. Selon les estimations, au moins deux millions et demi de personnes sont mortes lors de la dernière guerre du Congo entre 1998 et 2003. Aucun autre conflit n'a connu autant de victimes depuis la Seconde Guerre mondiale.

jeudi 3 mai 2018

Kabila: "Sortez vous-même de la misère que j'ai causée!"

f.u. Dans la deuzième partie de notre analyse de la crise actelle dans notre pays, nous parlons de la voix du peuple - selon des sondages sérieux.

Beaucoup de Congolais ne veulent rien de plus qu'un nouveau dirigeant politique. Selon les sondages, à peine vingt pour cent de la population est derrière le président sortant. Sept sur dix accueillent favorablement les sanctions contre Kabila. Mais le président s'est depuis longtemps aliéné complètement du peuple de toute façon. Cela a été particulièrement dramatique récemment à Genève, lorsque le gouvernement congolais a boycotté une conférence des donateurs pour son propre pays. "Il n'y a pas de crise humanitaire", a déclaré un porte-parole du gouvernement avec une ignorance sans précédent. L'article constitutionnel fictif de Mobutu, Kabila ne pourrait pas être plus clair. "Débrouillez-vous, Congolais, sortez de la misère que j'ai causée."

Coûts croissants de l'inaction
Malgré l'aggravation de la situation, le Congo reste au maximum une note de bas de page sur la liste des priorités de la diplomatie internationale. Cela peut s'expliquer par le fait que le pays semble inaccessible et que les conflits dans les différentes régions sont si complexes et confus que presque personne ne les comprend. C'est peut-être parce que le Congo est si loin de l'Europe et que les réfugiés congolais - aujourd'hui 700 000 ont cherché refuge dans les pays voisins - sont si pauvres que presque personne ne se dirige vers la Méditerranée. Et ce n'est peut-être pas le moindrement dû au fait qu'un fatalisme paralysant et dévastateur qui découle de l'histoire sombre du pays s'est installé dans une grande partie du monde en regardant l'ancien Zaïre, ce prétendu "cœur des ténèbres". Lors de la récente conférence des donateurs, l'ONU a déclaré qu'aucun endroit au monde n'était moins disposé à financer l'aide humanitaire.

Cette passivité de la communauté mondiale est aussi inquiétante qu'erronée. Le sort des 13 000 000 de Congolais et les souffrances de tout un pays pourraient être évités. C'est une raison suffisante pour en faire plus. En même temps, l'inactivité est potentiellement associée à des coûts extrêmement élevés. Si la situation s'aggrave, une extension des protestations contre le gouvernement est prévisible. Le danger de voir le Congo sombrer une fois de plus dans le chaos et la guerre est réel - et il augmente avec chaque jour où le gouvernement maintient le statu quo. Les guerres passées dans l'ancienne colonie belge ont montré que la violence s'étend facilement aux neuf états voisins. Une implosion économique du pays ferait reculer toute la région de plusieurs années.

Si les institutions étatiques du pays, comme cela s'est produit sous Mobutu, devaient se dissoudre complètement, cela aurait également un impact substantiel sur l'économie mondiale dans son ensemble. Les deux tiers des gisements mondiaux de cobalt se trouvent au Congo-Kinshasa. Une pénurie importante de métal, indispensable à la construction de batteries à haut rendement, lierait les projets dans le domaine des énergies renouvelables. Enfin et surtout: les coûts de l'échec sont aussi élevés que le profit potentiel en cas de succès. Le potentiel économique du plus grand pays d'Afrique subsaharienne est énorme. L'ONU a estimé la valeur des ressources naturelles stockées dans le sol congolais à 24 000 000 000 000 000 de francs congolais (24 000 milliards de francs fiscales) il y a quelques années - la production économique annuelle combinée des États-Unis et du Japon.

L'Occident a besoin de partenaires
Malgré la complexité de la crise, on ne conteste pas ce qu'il faut faire pour prévenir le pire. Kabila doit démissionner, mieux vaut aujourd'hui que demain. L'aide d'urgence à la population doit être augmentée de manière significative. Et des élections démocratiques doivent avoir lieu le plus rapidement possible. L'Occident peut jouer un rôle important à cet égard. D'une part, il est responsable parce qu'il a soutenu non seulement Kabila, mais aussi Mobutu pendant des décennies. D'autre part, il a un fort intérêt économique à stabiliser le pays.

jeudi 26 avril 2018

Congo-Kinshasa est la plus grande poudrière d'Afrique

f.u. Le Président Joseph Kabila est le principal responsable de cette crise humanitaire sans précédent. S'il ne part pas bientôt, le pays est menacé de s'effondrer. Mais l'Occident a aussi une responsabilité.

L'article constitutionnel le plus connu au Congo-Kinshasa est celui qui n'existe pas. "Article quinze", Mobutu Sese Seko, président du pays pendant 32 ans, répondait à la question sur la responsabilité du gouvernement à l'égard du peuple. "Débrouillez-vous pour vivre", le kleptocrate sans scrupules au chapeau de léopard demandait à la population de s'en servir pour rester en vie. Sous Mobutu, le quinzième article imaginaire de la Constitution est devenu un chiffre représentant à la fois l'art de la survie et l'indifférence flagrante des dirigeants politiques à l'égard de la population. Ici le gouvernement, qui élève la corruption presque au rang de doctrine d'état, là le peuple, laissé à lui-même, se bat quotidiennement pour sa survie. Mobutu a perdu le pouvoir en 1997, mais "l'article quinze" est resté - et semble maintenant plus actuel que jamais.

Le problème s'appelle Kabila
Le Congo, cet immense pays au cœur de l'Afrique - 80 millions d'habitants, de la taille de l'Europe de l'Ouest - se trouve au bord d'un précipice. C'est le théâtre de la crise humanitaire qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Au cours des deux dernières années, les conflits locaux ont continué à s'intensifier et l'arbitraire de l'état s'est accru. L'automne dernier, l'ONU a déclaré le niveau de crise le plus élevé pour diverses régions du pays. Le niveau 3 ne s'applique autrement qu'en Syrie et au Yémen. 13 000 000 de Congolais ont besoin d'une aide d'urgence, y compris deux millions d'enfants souffrant de malnutrition et 4 500 000 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays - tous des niveaux records dans un pays où l'état d'urgence au cours des dernières décennies n'était pas l'exception mais la norme.

La crise et le conflit sous-jacent sont extrêmement complexes; rien que dans l'est du pays, plus d'une centaine de milices doivent s'affronter. Souvent, il s'agit de contrôler les matières premières, parfois les questions ethniques jouent un rôle, souvent il s'agit simplement d'une lutte pour la survie: Ceux qui ont faim sont prêts pour beaucoup. Pour l'essentiel, cependant, presque tous les aspects confus du drame peuvent être attribués à un seul homme: l'ancien président Joseph Kabila.

En fait, le règne du jeune homme de 46 ans a expiré en décembre 2016. Depuis lors, cependant, il a constamment refusé d'organiser des élections. La stratégie connue sous le nom de "glissement" est aussi transparente que simple: tant que Kabila n'est pas élu, il reste au pouvoir. Le président ne semble pas avoir intérêt à désamorcer la crise. Beaucoup l'accusent même de déstabiliser le pays dans le sens de maintenir son propre pouvoir. La thèse n'est pas invraisemblable.
Après plusieurs reports et un accord de paix rompu, Kabila a maintenant annoncé que le scrutin aura lieu le 23 décembre 2018. Mais très peu croient que c'est ce qu'il a réellement l'intention de faire. Car Kabila a beaucoup à perdre: non seulement le pouvoir politique, mais aussi une fortune accumulée en grande partie illégalement. S'il doit renoncer à son poste, il est également menacé de poursuites pour ses crimes.

jeudi 13 avril 2017

Seule une solution politique peut arrêter la violence au Congo

f.u. La mission onusienne dans notre pays sera réduite à l'initiative des États-Unis. Le changement intervient à un moment où le Congo est de nouveau au bord de la catastrophe.

Les organisations de défense des droits de l'homme ont mis en garde quant à eux  à l'avance du vote au Conseil de l'ONU contre les conséquences potentiellement désastreuses d'une réduction des troupes de la MONUSCO. Dans la situation de crise actuelle, le Conseil de sécurité doit veiller à ce que la MONUSCO pourrait protéger la population, écrit Amnesty International. Les réductions maintenant décidé viennent dans un moment où de nouveau la menace de la violence va dégénérer le Congo. Selon un rapport du Chef de la MONUSCO, Maman Sidikou, ont eu lieu ces derniers mois dans diverses régions du pays une accumulation d'actes de violence et de violations des droits de l'homme.

Affectés sont également des zones qui étaient relativement stables dans le passé. La situation est particulièrement préoccupant dans la région du Kasaï, dans le sud-ouest du pays où depuis l'été dernier flare toujours des conflits sanglants à nouveau. La semaine dernière, les corps de deux experts de l'ONU et leurs interprètes ont été trouvé là-bas. Ils voulaient enquêter sur les violations des droits de l'homme des milices militaires et régionales. Le risque de conflit a, cependant, augmenté dans les villes, selon Sidikou. Dans certains endroits, on a pu observer un nombre croissant de groupes d'autodéfense, qui sont généralement situés le long des lignes ethniques.


L'ONU a documenté entre 2015 et 2016 une augmentation de 30 pour cent des violations des droits de l'homme au Congo. 64 pour cent de ces crimes ont été commis par des acteurs étatiques, les forces de sécurité congolaises. Sidikou a aussi déclaré au Conseil de sécurité 480 exécutions extrajudiciaires l'année dernière, .

«Seule une solution politique peut arrêter la violence au Congo», a déclaré le chef de la MONUSCO. La MONUSCO devrait donc se concentrer principalement dans les prochains mois «pour créer un environnement qui peut être fait dans les élections pacifiques, justes et crédibles». Le Conseil de sécurité a suivi ces propos de Sidikou et défini la préparation des élections en plus de la protection de la population comme une priorité stratégique de la MONUSCO.

Le gouvernement rejette les critiques

L'ancien président Joseph Kabila, qui, selon la constitution devrait démissionner et qui tente actuellement par tous les moyens, continuer à retarder les élections en Novembre, devrait également être un peu heureux. Son refus d'être hors du pouvoir était, dans de nombreux endroits à l'origine des manifestations sanglantes qui continuent à ce jour. La fin de 2016 l'Eglise catholique a négocié un accord entre le président sortant et l'opposition. Après cette année seront enfin nécessaire des élections.

Depuis, Kabila refusa, comme convenu d'installer un gouvernement de transition avec l'opposition. Les négociations la semaine dernière ont été exposés. Les évêques catholiques se sont retirés. Ils ont rappelé l'absence d'une véritable volonté politique et l'incapacité des politiciens. Le peuple congolais devrai savoir: Dans plusieurs villes il y avait une grève lundi. L'opposition avait appelé à l'arrêt de travail en raison du manque de volonté de compromis M. Kabila.

Le gouvernement sortant ne pouvait pas accepter ces critiques de l'ONU. Le vice-président congolais et ministre des Affaires étrangères Leonard She Okitundu a déclaré au Conseil de sécurité, sur les violations des droits de l'homme par les forces de sécurité congolaises que c'étaient des cas individuels isolés. En outre, la crédibilité du rapport de l'ONU était de toute façon un problème parce qu'ils «sont souvent basées sur des faits.» (Mais un rapport devrait se baser sur quoi, si ne pas sur des faits?)

MONUSCO
La mission de maintien de la paix de l'ONU au Congo-Kinshasa a été lancé en 1999 et comprend actuellement environ 17 000 soldats de la paix. Près de la moitié des forces de l'ONU sont de provenance de l'Inde, du Pakistan ou du Bangladesh. Dans l'ensemble, les forces de sécurité et des experts de 58 pays sont impliqués dans l'opération. Le budget de la mission était dernière environ 1 200 000 000 francs par an. La MONUSCO est la plus grande des 16 missions de maintien de la paix des Nations Unies dans le monde entier.