jeudi 29 décembre 2011

Une année de régression de plus

Dans le dernier numéro d'Itimbiri ya Sika de l'année 2010, j'avais écrit: «Monsieur le président, ne dites pas que c'est beaucoup. Ce ne sont pas cinq chantiers; ce ne sont que cinq points. Ce n'est rien du tout. Ce que nous demandons, cela n'est que normal. Rien d'extraordinaire, rien de spéciale. Le Zaïre a disparu il y a presque quinze ans et vous êtes maintenant au pouvoir depuis dix ans, Monsieur le président. Normalement, on veut voir les premiers résultats après 100 jours. Et le reste après 4 ans. Faites votre devoir, Monsieur le président, nous ferons le reste. »

Vous connaissez la suite: Monsieur le président était très occupé; pour le Nord du pays, il n'avait pas le temps. En fouillant nos archives, en feuilletant les exemplaires de cette année qui va se terminer dans quelques heures, nous trouvons deux sujets qui se répètent en permanence: le sujet post-Mobutu, la sécurité e la terreur, et les élections volés. Depuis janvier, la famille Kabila a lancé sa machine électorale, a changé lois, constitution et règles à fur et à mesure selon leur choix. Trop bête de falsifier de la manière raisonnable, Kabila a tout fait pour entrer dans l'histoire comme faux démocrate, comme dictateur et pour perdre le peu de crédibilité qui lui est resté après dix ans au pourvoir sans résultats. Toute la communauté internationale a montré du doigt au Congo pendant les élections, pendant lesquelles Kabila a laisser importer des bulletins déjà remplis, a perdu plus d'un million de voix, etc.

Kabila montre son vrai visage
PIB Congo-Kinshasa Zaire 1970-2000Le pire, c'était la fin. Au lieu d'entrer en matière du recours de M. Kamerhe et accepter les preuves de l'ancien président américain Carter, de l'Église catholique qui représente quand même la moitié de la population, de l'Union Européenne et d'ajouter ces voix et même quelques-uns de plus à Tshisekedi, Kamerhe, Kengo, Kabila aurait toujours gagné ses élections truqué, mais de la manière soit disant au moins un peu
démocratique.

Sauf, il était, il est et il restera un brut, un membre de la soldateska qui viole chaque minute une femme, qui pille, qui menace et terrorise nos enfants, nos familles, qui détruise nos maisons et qui nous volent. Étant militaire, il couvrira toujours les militaires. Si les gens ont peur, cela lui arrange. Si les américains lui expliquent, comment finir avec les terroristes dans le Haut-Uele, il utilise les méthodes contre l'opposition. Une crise humanitaire, des vies brisés, des enfants oubliés, cela n'a qu'une importance, si un jour ces gens auraient des armes. Donc, le gouvernement préfère de leur voler leur dignité, de les torturer. Comme ça, ils n'auront plus la force de se lever.

Aveugler les gens
Jusqu'à mardi soir, à notre connaissance, une personne à été tué tout les deux jours par les terroristes et deux enlevés par jour. Ce sont 683 victimes de trop pour 2011. Sauf, la perspective pour 2012 reste sombre. En dix ans, depuis que ce M. Kabila est au pouvoir, il a laissé construire une petite route de quelques 145 km dans le Haut-Uele qui serve maintenant aux terroristes, pendant que les forces de l'ordre ne l'ont pas encore découvert depuis le mois d'avril passé. La deuxième route que nos voisins du Tshopo ont eu la gentillesse de la recevoir couta 1/2 milliards de francs par kilomètre. Sans transparence, on se demande, où l'argent a disparu, surtout si on voit l'état de cette route maintenant après trois mois seulement.

PIB Congo-Kinshasa Zaire 2000-2008Dans ce contexte, on se rappelle de cette figure ridicule, nommée Marie Françoise Marie Nelly de
Banki ya Mabelé, qui croyait d'être fière d'annoncer que 3 millions de dollar ont été investi dans notre province aussi grand comme l'Espagne ou la Grande Bretagne qui investissent 160 à 380 fois plus. Ceci n'est que pour aveugler les gens. Parler de ‹balkanisation› est, une opération qui distrait des véritables enjeux. Par ses références historiques, ce mot attire l’attention sur les sécessions territoriales et sur des questions de nationalité.

Suite aux élections volés, la corruption a augmenté. Suite aux élections, les investissements dans le sécteur de la santé ont baissé. Nous devons sauver l’Afrique par l’Afrique. «Non à la solution militaire, oui au contrôle de l’exportation des minéraux congolais et au dialogue avec la population locale»: la proposition des missionnaires pour la paix dans les Est du Congo que
Itimbiri ya Sika soutient depuis le début: Éléfalkanisation du Congo. Des zones sont de facto soustraites au contrôle du pouvoir central, permettant à des intérêts privés d’exploiter les riches gisements de coltan, alors que les populations locales non seulement sont abandonnées à elles-mêmes mais sont même victimes des différents groupes armés qui sévissent dans la zone.

Pour comprendre les raisons réelles de l’instabilité congolaise, il faut donc examiner les intérêts économiques locaux et étrangers et non pas tant les tentatives réelles ou supposées de sécession de telle ou telle province.

Parler de ‹balkanisation›, par ses références historiques, attire l’attention sur les sécessions territoriales et sur des questions de nationalité, alors que les vrais dangers viennent de tous ceux qui, Congolais ou étranger, servent, non le peuple, mais le capital. Et nous voici de nouveau au début: M. Kabila sert le capital et ne pas le peuple. Cet imbécile gourmand de l'argent et du pouvoir a ramassé 250 millions dans sa propre poche en laissant s'envoler 5 526 000 000 000 francs qui appartenaient à nous, le peuple. Ceci veut dire: M. Kabila a volé 90 000 de francs à chaque Congolais. C'est quelques jours avant Noël que Itimbiri ya Sika a reçu ces documents de la part d'un enquêteur Écossais. Donc, ce n'est pas seulement le président non-élu de Kinshasa qui continuera en 2012 la non-gérence de son pays, mais aussi votre hébdomadaire de ne pas seulement publier la chronique du Uele, mais aussi de publier la vérité et de briser des tabous.

Commentaire par Esperence Monoko Polelele


Illustrations: le développement (regréssion) du PIB au Congo entre 1970 et aujourd'hui.

Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est un droit fondamentale.

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 22 décembre 2011

Kímíá na mokili, epái ya bato
óyo bolámu na yé ezalí likoló na bangó


En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Kabila Kabange, ordonnant de voter dans toute la terre — ces élections eurent lieu lorseque Autsai Asenga était gouverneur de la Province Orientale et Tshisekedi wa Mulumba se déclara président. — Et chachun allait se faire inscrire dans son village d'origine. Yozefu Kapinta wa Nazarete, lui aussi, quitta la cité d'Aketi sur la rive d'Itimbiri, pour monter en Haut-Uele, à la ville de Davide appelée Dungu, car il était de la maison et de la descendance de Davide.

Il venait se faire inscrire avec Mariya, son épouse, qui était encaeinte. Or, pendant qu'ils étaient là et attendaient la publications des résultats, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'avyit pas de place pour eux dans le camps des déplacés.

Dans les environs se trouvaient des gardiens qui passaient la nuit dans les champs des Azandés. L'Ange du Seigneur s'approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d'une grande crainte. Ils crièrent: «Au secours, les terroristes de la LRA attaquent même la nuit de Noël», mais l'ange leur dit: «Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple. Aujourd'hui vous est né un Sauveur, dans la ville de Dungu. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné: vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.»

Et soudain, il y eut avec l'ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant: «Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu'il aime.» Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux: «Allons jusqu'à Dungu pour voir ce qui est arrivé, et que le Seigneur nous a fait connaître.»

Ils se hâtèrent d'y aller, et ils découvrirent Mariya et Yozefu, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire. Après l'avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. Et tout le monde commença de travailler pour la paix dans son village. C'est ainsi que les Uele devint la splendeur de l'Afrque et un havre de paix.

par Lukasi Evanjeliste, adapté par Esperence Monoko Polele


À notre fidèle clientèle — Avertissement ☚
Le prochain n° sera publié le jeudi 29 décembre 2011 avec un résumé des évènements de l'année 2011. Votre annonce et vos voeux de Nouvel-An seront publiés avec 50% de rabais sur nos tarifs. Pour souscrire une annonce, venez nous voir à l'imprimérie, Avenue de Buta 5, ouvert du lundi 26 au mercredi 28 de 6 à 14 heures. Nous nous recommandons aussi pour imprimer vos affiches ou autres imprimés en 2012. Sika Sika SPRL.

Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est un droit fondamentale.

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 15 décembre 2011

Dans l'espoir des annonces inattendues,
de la vérité et d'un monde nouveau

Lk/Na sánzá ya motóba, Nzámbe atindakí Anzelú Gabriel na engumba móko ya Galileya, kombo na yangó Nazareti, epái ya elenge mwǎsí móko kombo na yé Mariya, óyo ayebakí naíno nzóto ya mobáli te, mpé azalakí mwǎsí óyo mobáli móko kombo na ye Zozefi andimakí kobála. Zozefi azalakí moto ya libóta ya David.

Anzelú akotakí epái na yé mpé alobakí: «Mbɔ́tɛ na yo, yo moto Nzámbe apesí bolámu na yé! Nkóló azalí elongo na yo!» Tángo Mariya ayokakí maloba ya Anzelú, abangakí míngi penzá, mpé abandakí komituna-tuna soki mbɔ́tɛ yangó elingaki koloba níni. Kási anzelú alobaká na yé: «Mariya kobánga te, pámba te ozwí bolámu ya Nzámbe.

Okozwa zémi, okobóta mwǎna mobáli, mpé okopesa yé kombo Yesu. Akozala moto monene mpé bakobenga yé: Mwǎna na Yé óyo Alekí Likoló. Nkóló Nzámbe akopesa yé bokónzi ya koko na yé David. Akozala mokónzi ya libóta ya Zakob libela na libela, mpé bokónzi na yé ekozala na suka te!» Mariya atunakí anzelú: «Yangó ekosálama ndenge níni, pámba te nayebi naíno nzóto ya mobáli te?»

Anzelú azongiselakí yé: «Molímo Mosántu akokitela yo, mpé nguya na Yé Óyo Elekí Likoló ekozipa yo na elilingi na yango. Yango wana Mosantu oyo akobotama, bakobenga ye: Mwǎna na Nzámbe. Tála, ndeko na yo Elizabeti mpé azwí zémi ya mwǎna mobáli káti na kimobange na yé. Yé moto bazalakí kobenga: ekomba; kási sik'óyo akomí na zémi ya sánzá motóba Pámba te, Nzámbe akokí kolɛmba kosála elokó ata móko te.» Mariya azongiselakí yé: «Nazalí mosáli ya Nkóló; tika eté yangó esálama na niai ndenge olobí.» Bongo anzelú atikakí yé.

na Luka, Evanjeliste

* ** *** ** *

L’ange s’adresse à une jeune fille qui n’appartient ni à l’aristocratie ni à la classe sociale des intellectuels. Contre tout attente, l’ange du Seigneur s’en va dans un univers païen (la Galilée) et s’adresse une jeune fille qui n’a rien avoir avec les classes sociales privilégiées de la société. En plus, déjà à l'époque le statut de la femme lassait à désirer. Parmi tant de restrictions imposées à la femme, il y avait l’interdiction de la regarder et de lui adresser la parole en public. Or, voilà que Luc nous présente une jeune fille, en train de converser avec un ange. Ce qui présuppose et implique une grande révolution des mentalités.

Une foi réfléchie
La réaction de Marie à l’annonce lui faite par l’ange mérite une attention particulière. Marie réagit sans doute en s’interrogeant sur la modalité que présuppose l’accomplissement de la promesse divine: «Comment cela sera-t-il?» Il ne s’agit pas d’une remise en cause de la Parole de Dieu mais d’une préoccupation sur la manière dont se réalisera le plan divin. Ainsi, Marie croit et réfléchit. Elle sait concilier la foi et la raison. Dans une société où se répand une vision de la foi entachée de naïveté au point de sacrifier la raison, il convient de se laisser inspirer par l’attitude de Marie: croire et réfléchir.

Commentaire réligieu par le P. Wawa ssp, Nkásá ya Lomíngo

* ** *** ** *

Toujours les élections: Après que la Commission Électorale nationale indépendante (CÉNI) avait annoncé "provisoirement" la victoire du président sortant pour un troisième tour de 5 ans (pendant que la constitution ne prévois que deux tours), le résultat est mis en doute par plusieurs organisations:
  • L'Église catholique était présente dans trente mille des soixante-trois mille bureaux de vote avec des observateurs électoraux. Ce fut de loin le plus gros contingent. Lundi, l'Église a publié par la voix du Cardinal Monsegnwo leurs observations: Kabila n'a pas été élu, mais Tshisekedi.

  • Les observateurs électoraux de l'Union Européenne a publieé un autre rapport accablant. Les résultats de la CÉNI ne sont pas justes. L'Europe recommande à l'opposition, de porter plainte est suivre la marche juridique.

  • Les observateurs de l'ancien président américain Jimmy Carter parle de falsifications massives: Au Katanga, le taux de participation était en nombreux endroits supérieur de 100%. Dans de nombreux bureaux de vote, M. Kabila avait 100% des voix; cela signifie: Même les témoins de l'opposition avaient voté pour le président sortant, ce qui n'est pas vraiment très probable.

Dans l'intervalle, M. Kamerhe de l'opposition a fait appel à la Cour suprême. Le Conseil de sécurité des Nations Unies est impliqué. Et nous apprenons que le taux de participations était deux fois plus éleé dans les régions rurales insécurisé par les rebelles que dans les villes. Honi soit qui mal y pense. Le verdict de la Cour suprême, étendu il ya quelques semaines par M. Kabila de sept à 27 juges, dit des hommes de paille. Il nous reste d'attendre que l'ange apparaît à la cour suprême.

Commentaire politique par Esperence Monoko Polele, Itimbiri ya Sika



Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est un droit fondamentale.

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

samedi 10 décembre 2011

Fraude éléctorale prouvée:
Deux agents de la CÉNI en prison à Isiro

Primeur en exclusivité
IS/Grâce à la vigilance des témoins des partis politiques présents dans le centre de compilation d'Isiro (Rungu, Haut Uele), la falsification a été dévoilée: Deux agents de la CÉNI ont falsifié les résultats des élections législatives de onze bureaux dans le territoire de Rungu.

Depuis aujourd'hui, les deux agents de la Commission électorale nationale indépendante (CÉNI/Isiro) sont détenus au cachot du commissariat de la police nationale de la capitale du Haut Uele. Cette Information de notre correspondant a été confirmé par la chef d’antenne de la CÉNI/Isiro.

Selon les informations receuillit par notre correspondant, les deux agents auraient ajouté des voix à un candidat et soustrait à d’autres. Candidat député national de Rungu, Joseph Bangakia, demande que la loi électorale soit appliqué «dans toute sa rigueur». Il cite l'article 87 qui dit:

«Toute personne qui, directement ou directement, donne offre ou promet de l’argent, des valeurs, des biens ou des avantages quelconques aux membres du bureau de vote, de dépouillement ou de compilation, est punie d’une servitude pénale principale de six mois à cinq ans et d’une amende de 200 000 à 1 000 000 Fc. Elle est, en outre, privée de ses droits civils et politiques pour une durée de six ans. S’expose au double de ces peines, tout membre du bureau de vote qui sollicite ou accepte les avantages.»

Suite à la mise en cachot de deux de leurs agents, les responsables de la CÉNI du territoire de Rungu ont eu la sagesse de recommencer la compilation des résultats pour les onze bureaux suspectés. Ce travail est encore en cours et il se fait en présence des témoins des tous les candidats.

par Esperence Monoko Polele

jeudi 8 décembre 2011

Comment Kabila a triché:
Les résultats du 28 novembre

EPM/Tout le monde attend les résultats. Les voilà, même avant la CÉNI. Ceux qui font l'addition sur place peuvent se tromper de quelques voix. Ceux par contre qui ont dix jours pour une simple addition, ce sont les tricheurs.

La CÉNI a dû faire semblant de compter, mais en réalité de faire la fraude, comme prouvent les chiffres, que nous publions ici sur la tôle et que nous affichons devant la rédaction. Pendant que la CÉNI a fait son travail, plusieurs avions ont livré d'autres bulletins avec des voix suplémentaires pour le président sortant; des dizaines de milliers de bulletins se sont perdu à Lubumbashi, etc. etc.

par Esperence Monoko Polele


Il est moins une à Kinshasa

Les mots manquent pour qualifier la gravité de la situation qui prévaut actuellement au Congo. La commission électorale congolaise s’apprête à annoncer la victoire du président sortant Joseph Kabila sur la base de résultats frauduleux rejetés par la majorité des Congolais, jetant ainsi les bases du conflit le plus meurtrier qui puisse advenir, celui qui oppose un appareil d’État à sa population.

L’Occident, qui depuis dix ans dépense plus d’un million de dollars par jour pour la restauration de la paix et de l’État de droit au Congo, via la mission de maintien de la paix des Nations unies, s’apprête à valider ces résultats, signant ainsi l’échec de sa propre politique.

Les tendances déjà publiées par la commission électorale qui donnent la victoire à Kabila ne résistent pas à l’analyse. Par exemple, au Katanga, censé être le fief traditionnel de Kabila, la CÉNI donne près de 90 % des voix à Kabila alors que le jour du scrutin, les chiffres qui parvenaient des bureaux de vote disséminés dans les grandes villes de cette province donnaient seulement une légère avance de Kabila sur son rival Étienne Tshisekedi. Au Kivu, les chiffres donnent une écrasante majorité à Kabila
alors que le jour du scrutin, c’est l’opposant Kamerhe qui y était largement en tête.

Dans les provinces de l’ouest et du centre qui ont voté massivement pour Tshisekedi, les chiffres sont incomplets ou peu crédibles.
La fraude est grossière et tous les observateurs de la vie politique congolaise le constatent.

En réalité, les journalistes qui ont travaillé sérieusement sur ces élections et ont fait la tournée des bureaux de vote ont noté des tendances lourdes qui augurent de la victoire de Tshisekedi.

La population congolaise non plus n’est pas dupe. Lors des élections de 2006, la capitale Kinshasa n’avait pas plebiscité Kabila. Cependant les Kinois avaient accepté les résultats, comprenant que Kabila avait remporté la majorité des suffrages ailleurs dans le pays. Ils exprimaient ainsi avec sagesse l’espoir que ces élections marquaient le début d’un développement économique au Congo.

Aujourd’hui, les choses sont totalement différentes. Les électeurs congolais savent que Kabila n’a pas remporté l’élection. De plus, les révolutions arabes et, plus au sud du Sahara, le conflit en Côte-d’Ivoire avec l’invalidation par la communauté internationale des résultats frauduleux prononcés par la Cour suprême ivoirienne ont renforcé la conviction des Congolais dans leur lutte pour un Etat de droit.

Par ailleurs, Kabila, qui avait promis lors de son élection «la fin de la récréation», a en réalité bradé les ressources minières du Congo, mettant les entreprises d’État, notamment la MIBA, qui possède les immenses mines de diamant au Kasai, et la Gécamines, qui possède les gisements du Katanga, à genoux, créant, selon le rapport très précis du député britannique Eric Joyce, chef de la commission parlementaire britannique consacrée à l’Afrique centrale,
un trou dans la caisse de plus de cinq milliards de dollars en à peine cinq ans, soit autant que le pillage organisé par Mobutu en 32 ans de règne sans partage!

Enfin, les électeurs congolais voient en Tshisekedi un leader charismatique, dont l’intransigeance certes inquiète parfois hommes politiques et diplomates occidentaux habitués à plus de déférence de la part de leurs interlocuteurs congolais, mais qui porte à son crédit le fait d’avoir mené
une longue lutte pacifique et sans compromis pour l’émergence d’un État de droit au Congo, ce dont aucun autre homme politique congolais ne peut se prévaloir.

Face à cette situation explosive, la question de la position de l’Occident, et plus particulièrement de la Belgique, se pose avec acuité. Il est essentiel pour nos relations futures avec le Congo que la Belgique, elle aussi, réalise que l’époque a changé, et évite l’écueil dans lequel est tombée la France en Tunisie en ne voyant pas la révolution venir et en faisant perdurer un soutien à un régime autoritaire digne d’un autre âge. Rappelez-vous comment l’ambassade française en Tunisie avait ensuite été critiquée par Paris ! On assiste à une situation semblable au Congo, où les ambassadeurs occidentaux soutiennent Kabila face à un Tshisekedi qu’ils jugent imprévisible. Un jugement qui rappelle celui que l’Occident proférait envers le Premier ministre congolais Patrice Lumumba au moment de l’indépendance du Congo.

C’est pourtant en notre nom que les ambassadeurs agissent. Ce sont nos taxes qui leur permettent de mener sous les tropiques un mode de vie dispendieux. Nous avons droit à des explications sur leurs actions. Pourquoi apportent-ils un soutien tacite, sinon actif, au coup de force que prépare Kabila, comme on l’apprend de différentes sources à Kinshasa? Au nom de quelles valeurs? De quels intérêts? Est-ce de nature à sécuriser les intérêts de la Belgique et la présence des ressortissants belges au Congo ? Je ne le crois pas. Au contraire! Les temps ont changé et il est essentiel que la Belgique le comprenne sans tarder.

Il faut aussi que la Belgique mobilise ses alliés traditionnels au Conseil de sécurité des Nations unies: la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, et imprime une politique commune sur le Congo, comme elle l’a fait avec succès lors du tortueux processus politique qui a mené aux élections de 2006 au Congo.
Il faut faire comprendre de toute urgence à Kabila que son coup de force et les massacres qui s’ensuivront immanquablement ne seront pas avalisés et qu’il est de son intérêt de sortir par la grande porte tant qu’il en est encore temps. Il a l’occasion d’entrer dans l’histoire comme le premier Président ayant permis l’alternance politique au Congo. Cela sera à son crédit et lui permettra peut-être de revenir aux affaires ultérieurement par la voie des urnes, comme on l’a déjà vu ailleurs en Afrique.

Lorsque le Congo a traversé des moments difficiles, la Belgique a souvent été en pointe. Il est important qu’il en soit ainsi en ce moment crucial et que notre ministre des Affaires étrangères agisse.

Il en va de l’avenir du Congo et de l’avenir de nos relations avec le pays africain le plus peuplé appelé, s’il est bien géré, à devenir un pôle de développement pour l’Afrique et d’expansion économique pour l’Europe.

Commentaire par Arnaud Zajtman
correspondant permanent au Congo de RTBF, Bruxelles et BBC, Londres


Les Résultats du 28 movembre 2011

Prov. Kabila Tshisekedi
CÉNI BIÉPD_ CÉNI BIÉPD
BC 19.9% 11.1% 74.0% 69.3%
KN 29.6% 11.0% 64.5% 74.0%
BN 72.9% 27.0% 20.3% 59.0%
EQ 11.8% 24.8% 34.1% 49.6%
PO 64.7% 39.0% 12.7% 36.0%
NK 37.7% 36.1% 12.8% 27.1%
SK 49.8% 27.0% 5.2% 20.0%
MN 87.0% 47.9% 2.3% 44.9%
KT 87.5% 42.0% 8.9% 41.0%
KO 16.7% 5.0% 80.4% 89.0%
KE 21.0% 7.0% 75.9% 87.4%
CD 46.6% 26.1% 36.2% 52.8%
Explications:
Nous mettons en comparaisons les résultats officiels (bien probablement fraudés) de la CÉNI (en rose) avec ceux compilés directement d'après les procès verbals affichés aux bureaux de vote et publié par le Bureau International des Études pour la Paix et le Développement (BIÉPD) au Canada.

Nous avons en plus coloré en vert les résultats qui semble bien d'être juste. De petits différences ne sont pas a éviter. Ce qui est en orange reste dans une marge de moins de 10% de différence. Pour le reste (en blanc ou rose), la différence entre 11% jusqu'à 1000% (en rouge) prouve que les résultats sont faut.


Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est un droit fondamentale.

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).




L'Église catholique ne confirme pas les résultats de la CÉNI, o 8 dɛsɛ́mbɛ 2011 (abbé Donatien Nshole, port parole de la conférence épiscopale).

Mbwa Kabila, ce moboni sanguinaire à 100%
lance la guerre contre le peuple

Il y a environs 200 pays sur cette terre. Dans la plupart, les élections se passent comme suite: Les résultats sont compté, affichés et transferés à la centrale. Là, on compile les chiffres. De même fait la presse qui fait la collecte des chiffres aux bureaux de vote. C'est simple, transparent et efficasse.

*/Au Congo par contre, les bulletins sont recompté à Kinshasa en plein-air (notre photo d'Okapi). Dans la nuit après les élections, trois vols de provenance de l'Afrique de Sud emmenaient des millions de bulletins en faveur du candidate n°3 à Lubumbashi, l'Est et à Kinshasa. La Monuc à bloqué 14 palettes avec 5 millions de bulletins. Le transporteur: Jacques «Kiki» Lemaire, un ami proche du président sortant, M. Kabila. Le candidat n°3, c'est – quelle coincidance – le président sortant, M. Kabila.

B/Ensuite le compilage: l'UDPS, la société civile, la conférence épiscopale et d'autres partis l'ont fait en deux ou trois jours. La CÉNI par contre traine depuis dix jours déjà et est arrivé à deux tières seulement. En plus, ces résultats sont complêtement faut. Prenons le Bas-Congo: La CÉNI accorde au candidat n°11 Tshiekedi beaucoup plus de voix que l'UDPS, son propre parti. Ailleurs, c'est le contraire. Et les neuf autres candidats: Leurs voix sont majoritairement donné au président sortant.

Fraudes prouvés de maintes reprises
OKP/D'autres candidats font les même constant, comme Nicéphore Kakese Malela (URDC). Même sans chance réelle pour emporter les élections, Kabila lui vole encore les quelques voix qu'il avait obtenu. Le 4 décembre, Kakese a déclaré à Radio Okapi que les résultats de la CÉNI diffèrent beaucoup
trop de ceux dont il dispose «pour refléter la réalité». «Nous ne voulons plus de fraudes. Nous voulons mettre fin à ce genre de système. C’est pourquoi nous demandons à la CÉNI de mettre fin à des faux résultats. […] Qu’elle tienne compte réellement des résultats qui viennent de nos témoins.»

Le constat de M. Kakese Malela est partagé par l'UDPS (Tshisekedi), l'UNC (Kamerhe), l'UFC (Kengo), le MLP (Diongo) et l'ECIDÉ (Fayulu) qui ont dénoncé «le caractère illégal de ces publications qui jette le doute sur la crédibilité de la CÉNI» estimant que ces résultats visent «à préparer psychologiquement la population à la fraude».

Le gouvernement tue les malades
Ceci dit, la calvère des élections volés du 28 novembre continue: La communication est bloqué: Vendredi passé, M. Kabila ordonna l'arrêt de la messagerie téléphonique (SMS). Les premiers victimes: les malades et les régions reculées. Selon le secrétaire général de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, Paul Nsapu, cette suspension est une «violation grave de la constitution du pays et des instruments internationaux des droits de l’homme. La population communique pour dire: venez à tel endroit mon frère, nous avons un enfant malade.»

Mais le gouvernement ne se contente pas, de laisser mourir les malades comme les mouches, non, M. Kabila préfère d'accelerer les choses. Pour garantir l'ordre publique, il appelle l'armée et les gendarmes de la police nationale (photo de l'agence Reuters, à Gombe). Pendant que le gouvernement assure aux ambassadeurs occidentaux, que c'est und opération pacifique et selon les normes internationaux, les premiers passant tombent déjà sous les balles de l'armée à l'Est. est-ce que ceci «assurer l'ordre publique»?

Mbwa Kabila laisse tuer des innocents dans plusieurs villes
Les tueries ont déjà commencé même avant les élections: Le chien Kabila qui a peur a commencé à mordre! Le 26 novembre, des soldats de Kabila ont enlevé 12 civilistes à Gombe que l'on a retrouvé décapité seulement avant-hier. À l'aéroport de Ndjili, les même soldats en tiré dans la foulle des voyageurs et de ceux qui attendant des voyageurs (voir notre photo de l'agence Reuters): 18 morts et 100 avec des blessures graves. Sans compter les enfants matraqué au parc municipal de Limete. Et un autre mort, aussi un simple passant, tué par balle des soldats déchainé à Matete. Nous étions en contact avec un membre de la famille du garçon de Matete (KN), Léandre Minga Mikobi, 18 ans, enterré entre temps à Saint-Alphonse, paroisse de cette ville.

N'est-il plus autorisés aux enfants d'aller jouer et de causer avec les amis? Le Général Oleko insiste qu'il n'y a aucun danger de se balader dans les avenues de Kinshasa et ne veut rien savoir de tous ces morts, tué par les forces de M. Kabila. Le menteur hypocrite de ministre Lambert Mende nie, lui aussi, tout cela, car «les américains» n'ont pas livré des preuves.

Les mércenaires sont déjà à Ndjili
Ci/Selon notre confrère
Congo Indépendant, qui se référence aux sources aéroportuaires à Ndjili, des avions en provenance de l’Ouganda, de la Tanzanie et du Rwanda ont atterri le 29 novembre à cet aéroport. «Ces avions transportaient plusieurs centaines de mercenaires qui ont embarqué dans des camions qui ont pris la direction de la Nsele», rapporte un fonctionnaire qui a requis l’anonymat. «Un autre avion est arrivé jeudi 1er décembre à 2 heures du matin en provenance de la Tanzanie.» Selon une source à Matadi, «des chars angolais ont été aperçus à Moanda». Et jeudi matin une source aéroportuaire à Kinshasa ajouta que pour une raison inconnue, l’ordre a été donné aux agents de divers services de «rentrer chez eux», probablement pour laisser entrer les mercenaires sans témoins.

Le dictateur montre sa face véritable
OKP/Maintenant M. Kabila montre enfin sa face véritable: un deuxième Kadhaffi qui prend le pouvoir de force, qui tue son peuple. Pire, il imite le dictateur affreu de la Lybie encore mieux: Pendant que Kadhaffi gardait des otages Bulgare et Suisse, M. Kabila a laisser transférer des prisoniers norvégiens de Kisangani à Barumbu (KN). Des sources pénitentiaires ont indiqué que ces deux Norvégiens ont été transférés à la prison militaire de Ndolo à Barumbu, «sur ordre de la haute hiérarchie judiciaire pour leur sécurité».

La situation est tellement, que nous ne pouvons plus faire notre devoir d'éditeur et de journaliste: de mettre les choses dans l'ordre, de mettres les points sur les i et de commenter la politique d'ici et d'ailleures. Pendant que la famille Kabila et leurs amis préparent la guerre – c'est au moins ce qu'il semble –, ils laissent trainer les choses plus importants: La CÉNI n'arrive pas à faire l'addition simple des résultats. Leur publication est repoussé à la Saint-Glinglin (au moins deux jours). Les rebelles chez nous aux Uele ont repris la force, les attaques ne sont presque plus comptable. Logique, si l'armée ne chasse plus les rebelles, mais tue la population. Et au Kivu une nouvelle querre vient d'éclater.

La seule chose qui nous rassure: Le procureur de la Cour pénale internationale Luis Moreno Ocampo «surveille la situation en RDC de très près. Comme nous l’avons montré à la fois au Kenya et en Côte d’Ivoire, la planification et l’exécution d’attaques visant des civils à des fins électorales ne seront pas tolérées.» Mais pourquoi nous devons d'abord toujours mourir, avant que ces béstiaux sont enfin arrêtés et jugés?

par Dieudonné Lolémo Pilipíli



Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est fondamentale.

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).



Televisio Euronews SA, Lyon, Falansia, o 6 dɛsɛ́mbɛ 2011.

jeudi 1 décembre 2011

Kabila remporte probablement tout juste
la Province Orientale, mais pas le Congo

Dépouillement des bulletins de vote dans un bureau de vote au Congo RDC en 2011EMP/En attendant les résultats officiels de la Comission électorale indépendante (CÉNI), des premières téndances sont déjà connu, car les bureaux de votes ont affichés les résultats du bureau réspectif après le dépouillement et avant bourrages et confiscations des urnes par la police et la GSSP dans la nuit du 28 au 29 novembre 2011.

Voici quelques résultats qui donnent une tendance. Pour comprendre la fiabilité, il faut lire les précisions concernant la source.

Le vote continue toujours
Rappelons encore une fois: ce ne sont que des premiers chiffres, des tendances. Nous les publions pour soutenir la CÉNI de ne pas être sous trop de préssion d'un côté ou de l'autre. Des changements de 5% seront encore bien possible, par contre tout qui dépasse les 10% sent la fraude. Nous attendons toujours la compilation du Bureau International d'Études pour la Paix et le Développement au Canada qui sont toujours en cours.

Comptres des voix dans un bureau de vote au Congo RDC en 2011 (Photo Okapi)En plus, il faut savoir que les urnes ont été livré dans certains territoires dans la forêt et en Équateur seulement le lundi du scrutin pendant la matinée au chef-lieu. Selon l'état des routes, ils sont arrivés aux bureaux de votes (485 sur 61 380) que le mardi ou hier mercredi. C'est pourquoi la CÉNI ne communique pas de résultats provisoires avant le 6 décembre et Radio Okapi non plus, pour ne pas influencer des électeurs qui font encore la file devant un bureau reculé.

Oui, les électoraux ont été soit déployés en grand retard, soit pas du tout dans de nombreuses circonscriptions électorales, surtout dans l’arrière-pays, selon le quotidien Le Phare de Kinshasa. Des millions de compatriotes ont ainsi perdu leur journée à attendre vainement des bulletins de vote qui ne venaient pas. Par conséquent, certains territoires de la République risquent de sortir avec zéro député, écrit toujours Le Phare. Selon les derniers informations, la CÉNI a accepté ques les élections auront lieu dans ces 485 bureaux le mardi ou hier mercredi au plus tard, donc jusqu'après arrivée des bulletins à pied ou en pirogue. Vue que ceci ne concerne uniquement 0.8% des bureaux de votes, ces résultats ne changerons pas de la manière essentielle les tendances.

Tentatives de fraude massiv
AR/Grâce à la vigilance, la Monusco vient de saisir hier mercredi 14 palettes avec 5 millions de bulletins de vote déjà cochés en faveur du candidat N°3 (Joseph Kabila). L'avion de Transair Cargo venaient hier matin de provenance de Johannesbourg. D'autres vol de Transair Cargo transportaient déjà neuf palettes la nuit du mardi au mercredi vers Lubumbashi et pour Kinshasa, dont le contenu supçonné sont aussi des bulletins de vote.

Transair Cargo appartient à un ami personnel du président Kabila est marchand d'armes connu, Jacques «Kiki» Lemaire. Selon des informations qui ne pouvait pas être confirmé jusqu'à la clôture de rédaction, ces bulletin devrait servir à bourrer les urnes. Lemaire est compagnon de Dan Gertler, qui a payé le père Kabila pour optenir un monopole de 18 mois sur l'exporations des diamants et qui a optenu à travers du fils Kabila des mines de la Gécamines pour un tièrs de la valeur.

DBv/La conférence épiscopale à envoyé 30 000 observateurs, dont 6000 equipés de moyens de communication modernes. Ces derniers avaient pour mission d'informer en temps réel sur les conditions de vote et la vérité du scrutin dans 3 000 bureaux sélectionnés sur l'ensemble du pays. Mgr Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela et président de la Commission épiscopale Justice et Paix, avait déclaré que «le rôle de l'Église, c'est de dire la vérité. Si les résultats des urnes contredisent ce que la CÉNI annoncera - et je ne le souhaite pas -, notre rôle sera de faire comprendre au peuple le vrai résultat.»

* ** *** ** *
Faut-il attendre le 6 décembre? Les résultats sont connus, car affiché à chaque bureau de vote. Il manque donc quelqun qui fait l'addition. Contrairement aux autres pays, ou ceci se fait pendant la nuit qui suit les élections et où les témoins communiquent officiellement ces chiffres à leur organisation respectif, au Congo, tout ce fait en cachette et la transparence est interdite par la loi.

Qu'est ce qui ce passe avec non bulletins de vote après leur départ à Aketi? Seront ils complété? Échangé? Seulement transporté comme prévu? Personne ne sait. Les chiffres ci-dessous ne sont pas encore le résultat. Des changements de 5% seront ou même encore 10% seront bien possible. Ils viennent de deux sources differentes et une troisième, la télévision flamande (VRT) à confirmé la tendence, sans nommer des chiffres.

Il faut être vigilants si le nombre d'électeurs augmentera d'un coup des centaines de milliers, voir des millions. Ou aussi, si les chiffres seront complètement different des éstimations. Ensuite, il y a toujours les chiffres receuillit par l'église (voir ci-dessus). Pour l'instant, rien est gagné, rien est perdu - un changement est possible.

Commentaire par Esperence Monoko Polele


Compilations provisoires du 28 novembre 2011
Province Source Kabila Kamerhe Tshisekedi autres
BC u 11% 8% 69% 12%
BN u 27% 9% 59% 5%
KN u 11% 8%74% 7%
PO u 39% 21% 35% 4%
KO u 5% 4% 89% 2%
KE u 7% 1% 87% 5%
MN u 48% 6% 45% 1%
KT u 42% 12% 41% 5%
NK u 36% 35% 27% 2%
SK u 27% 50% 20% 3%
EQ u 25% 5% 50% 20%
CD total u 25% 14% 54% 6%
Autre source a 27% 15% 54% 4%



Sources:
u = Centre de compilation UDPS. 57% d'électeurs enrollés ont participé au scrutin.
La marge d erreur est de 1,5%.
a = autre source, proche de la société civile.



Conformément à la la Loi Électorale du 1 juillet 2011 , toute forme de publication de résultats électoraux, partiels ou non, avant la publication officielle par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CÉNI) est interdite. Néanmoins, les médias ont le droit de commenter la tendance sans y donner des chiffres «susceptibles de créer de la tension entre les populations». Nous pensions faire pareil en re-publiant des chiffres qui ont été publié à l'étranger depuis mardi par nos confrères.


Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).


Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est fondamentale.

lundi 28 novembre 2011

Élections sans bulletins et de fausse listes d'électeurs, mais assez calme pour l'instant

Éditions spéciale numérique, tel que affiché à l'extérieur des bureaux de la rédaction à Aketi.

OKP/Les bureaux de vote ont ouvert les portes depuis 6 heures dans la plupart des provinces. Des incidents sont signalés dans quelques coins du pays où près de 32 millions de Congolais se rendent aux urnes pour élire le président de la République et les 500 députés de l’Assemblée nationale.

Dans plusieurs bureaux de vote, des électeurs signalent à Radio Okapi des cas d’omissions de noms sur les listes électorales. Les kits électoraux n’étaient pas encore déployés le matin dans certains centres de vote.

Des bulletins pour la présidentielle dépourvus de la case à cocher pour le candidat n°11 (Tshisekedi) ont été brûlés à Mbuji Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental où certains bureaux de vote n’étaient pas encore ouverts. Dans la même province, un carton de bulletins déjà cochés en faveur d’un candidat à la présidentielle à été intercepté puis brûlé.

Pas d’incidents majeurs observée à Bunia (Ituri) et Kisangani (Tshopo), par contre à Goma et Beni (Nord Kivu), les témoins des partis politiques sont absents de nombreux bureaux de vote. Plusieurs électeurs n’ont pas retrouvé leurs noms sur les listes électorales et des bulletins de vote pour les législatives n’étaient pas disponibles dans certains bureaux.

Aru (Ituri): Au centre de vote dans la paroisse Notre dame du Congo, des centaines d'électeurs sont présents. Certains ne retrouvent pas leurs noms sur les listes. Le chef du centre indique que les électeurs qui se sont inscrits dans ce centre vont pouvoir y voter. (affiché à 8h30)

Isiro (Haut-Uele): Au centre de vote dans le quartier de Teli, les 18 bureaux ont ouvert à 6 heures du matin. Beaucoup d'électeurs sont présents en file indienne. Ils ont commencé à arriver à 5 heures. (affiché à 8h51)

Isangi (PO): Le bureau de vote installé dans l'école primaire Isangifie est ouvert depuis 6 heures du matin. Tout le matériel électoral est disponible et le vote a bien commencé. Une centaine de personnes attendent en file devant le bureau. Dans les autres bureaux de la ville, les électeurs sont aussi présents, mais beaucoup ont du mal à retrouver leurs noms sur les listes affichées. (affiché à 11h48)

Bunia (Ituri): Dans les bureaux de vote du centre-ville de Bunia, les électeurs circulent par milliers. Le matériel est en place, et les témoins et observateurs sont présents. Cependant, de nombreux électeurs doivent parcourir de grandes distances d'un centre à un autre pour trouver leur nom sur les listes électorales. Par ailleurs, des témoins dans 5 localités du Nord de Bunia signalaient qu'à 10 heures le matériel électoral n'avait pas encore été réceptionné. (affiché à 12:27)

Dungu (Haut Uele): Le centre situé à l'école primaire Dungu-centre a ouvert ses bureaux à 6 heures. Les opérations de vote ont démarré une heure plus tard environ. L'engouement est important. Des électeurs qui ne trouvaient pas leurs noms sur les listes sont rentrés chez eux. D'autres qui ont attendu ont pu voter par la suite. (affiché à 16h36)

jeudi 24 novembre 2011

L'avenir de nos enfants
Rêves et réalités

Reportage photo
emp/Notre photographe a fait le tour des villages de la région, afin de nous apporter la lumière dans la vie du petit monde des enfants. Ils ont tous une maison et une école, ils apprennent tous, qu'ils ont à contribuer pour le bien de la famille.

Et malgrès la vie souvent modeste dans le villages, ils se sentent bénis par les choses qu'ils sont les plus chers - ce qui est un animal ou une poupée, un outil ou une radio, une couverture ou une robe. Même leurs yeux s'illuminent, l'avenir est devant eux. Beaucoup d'entre eux veulent devenir médecins ou enseignants, hommes politiques ou ecclésiastiques. Cela montre que la responsabilité sociale n'est pas seulement de la théorie, mais une réalité vécue. N'oubliez pas de donner de l'avenir à nos enfants et allez voter le lundi!


Félix NtihanabayoFélix Ntihanabayo a neuf ans. Étant pygmé, il vit avec sa mère et deux frères en marge de la société. Bien sûr, Félix aide en rentrant de l'école - chercher de l'eau, par exemple. Mais il préfère jouer avec son lapin, c'est son trésor. S'il a des petits, ceux-ci sont vendus au marché, une contribution pour la famille. Plus tard, Félix veut conduire une moto.

Joseline NohimirimanaSi Joseline Nohimirimana a quelque chose à montrer, c'est la lampe que lui a offert son père une fois - sous la forme de leurs fleurs, elle donne la nuit une belle lumière aussi aux parents et à ses frères. Joseline a douze ans et va à l'école primaire dans le village. Quand elle rentre à la maison, elle balaye le plancher et aide à faire la vaisselle. Souvent, il reste le temps à jouer. Son souhait pour l'avenir est de devenir médecin.

Makoro Tuyishime NtamugengaMakoro Tuyishime Ntamugenga a huit ans et elle est efficace et aide sa mère et sa sœur, où elle peuve.Avec la houe, qu'elle a acheté pour deux mille francs au marché, elle cultive le champ qu'ils ont loué pour la culture des haricots et du maïs. Makoro veut devenir une sœur réligieuse ou enseignante. Elle rêve d'une nouvelle maison dure. Dans la soirée, Elles vont toujours chez les voisins afin d'y passer la nuit en toute sécurité.

Renata NiranzeAussi Renata Niranze, 14 ans, de Rutshuru, vit sans père - il a été tué sur le champ pendant la guerre. Après l'école, elle assure que sa mère et les quatre frères et sœurs ont assez d'eau pour le lendemain. Renate est fier sur la atte, que sa mère a tressé pour elle. Elle est importante pour elle parce qu'elle dort sur elle. Un jour, elle voudrait avoir un bon matelas, peut-être comme sœur réligieuse, parce qu'elle envisage d'entrer au service de Dieu.

Harera NzabonimpaDevant la maison familiale à Ntamugenga, Harera Nzabonimpa présente la tablette que ses sœurs ont fait pour lui afin qu'il apprenne à écrire. Le garçon de huit ans a quatre frères et sœurs, et un bébé est est en route. Harera sait également qu'il est juste d'aider les parents - il va chercher l'eau, nettoie et joue avec les enfants. Harera deviendrait un jour prêtre, se qui n'exclut pas une autre grand rêve: posséder une fois une voiture.

par Esperence Monoko Polele
Photos: Lukasz Sokol


Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 17 novembre 2011

Pourquoi il faut voter —
et pourquoi le Congo sera vainceur

L'occident a échoué. C'est la triste nouvelle. Et c'est la raison pour laquelle nous sommes obligés de prendre les choses en main: maintenant, le 28 novembre. Après 50 ans de comportement enfantil, le Congo doit enfin devenir un acteur majeur. C'est ainsi, qu'il pouura êtres parmis les rares vainceurs de la crise mondiale.

Ne comptons plus sur l'occident, il c'est détruit. La crise financière depuis 2008 à son origine aux Lisangá ya Ameríka (États Unis d'Amérique) qui c'est surendétté. Le dollar américain a perdu un tier de sa valeur depuis. Mais Erópa, c'est encore pire: Une petite île au milieu de l'océan, Islandi, a – en 3 ou 4 ans seulement – accumulé autant de dettes qu'ils ont une centaine d'années a rembourser. Irlandí, Ingɛlɛ́tɛlɛ, Falansia, Espania et oui, aussi Bɛ́ljika sont au bord de la faillite. Italya encore pire après la mort de son allié Kadhaffi qui a financé les caprices de leur ancien premier-ministre.

Il y a encore un autre pays en Europe, Gresi, appelé «mamá ya demokrasi». Au lieu de travailler, bagresi préfèrent de faire la faite. La retraite est à 55 ans au lieu de 67 comme dans le reste de l'Europe. Toute cela est financé par des crédits énormes que leur gouvernement a emprunté – mais pas remboursé. En plus, le morale de payer les impôts est à la zaïroise: Ils ne déclarent que 30% de leur salaire et des impôts, ils payent plutôt 10% à l'inspécteur que 100% à l'état. Depuis le début 2011, ce pays est en faillite.

Sauf, car ils ont la monnaie commune avec les autres pays de l'Europe, ceux-ci sont obligé de rembourser les détes des Grecs pour sauver leur monnaie est leur propre économie. Depuis le début de l'année Falansia a payé autant qu'elle tremble maintenant, elle aussi. Et Alémani, le coffre fort avec l'économie la plus stable de l'Europe, a versé jusqu'à ce jour plus de 700 000 000 000 000 Fc (sept cent billions de francs). Maintenant, Alémani est au bout. Elle n'arrive plus a entretenir sa popre infrastucture. Les autoroutes allemands sont trouées de nids de poule; la police est obligé de limiter la vitesse des véhicules pour éviter des accidents. Selon notre correspnondant en province de Rhénanie, les routes sont pire que le boulevard Lumumba à Kinshasa. Et ceci au pays le plus stable de l'Union Européenne!

Où va le monde? C'est la question que se posent les spécialistes partout au monde. Ameríka foutu, Erópa en faillite, Sína progresse encore, mais au prix de détruire forêts, rivières et empoisoner air et eau. Qui reste pour sauver le monde? Certes, il y a un développement promettant aux Indes. De même Brazil et Shili. Et aussi en Afrique, au Ghana, Botswana et pas loin d'ici au Rwanda – au moins du point de vu économique. Donc, quelle conclusion pour le 28 novembre?

Nous avons diminué la production agricole de 80% à cause de manque d'infrastructure et accès au marché. Le Congo à le cuivre, l'urnaium, le coltan et de l'or. Avec un nouveau Congo, un Congo qui prend les choses en main et le fait de la manière sérieuse, ce Kongó sika sera parmis les rares pays vainceurs. Ce nouveau Congo, c'est notre Congo; car un pays, ce sont ses habitants, mamá léctrice, papa lécteur. Pour être parmis les vainceurs, nous avons besoin d'un changement politique, c'est clair. Pas de solution militaire, mais un développement durable et le contrôle de l’exportation des minéraux congolais. Ceci ne va qu'au dialogue avec la population locale, donc avec une décentralisation forcée et un pays fédéraliste. Les spécialistes parlent de Élefalkan ou d'Éléfalkanisation. Voici les raisons pourquoi il faut voter. Et pourquoi il ne faut pas voter pour le président sortant des zéro chantiers dans le Uele.

Commentaire par Esperence Monoko Polele


Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement surnotre site internet
. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).
Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est fondamentale.

jeudi 10 novembre 2011

Chassons «Mwǎna ya Tatá» Kabila au Rwanda ou à Lifelo — marchons aux urnes en savanne, en brousse, en mbóka ou cité!

Les élections approchent. Lancons le dernier appel, mobilisons maitenant. Parlez à gauche et à droite, allumez vos emetteurs de Radio Trottoir. Après la liste de tous les candidats dans nos térritoires du Uele, nous vous présentons ce jeudi tous les candidats à la présidentielle. Sauf, cette fois avec des commentaires. À vous de choisir, mais à nous de résumer nos recherches des dernières années.

C'est le devoir de la presse – écrite ou radio-diffusé – de bien regarder, d'invéstiger, de commenter. Depuis toujours, nous faisons la différence entre les faits, les informations, imprimés en lettres normales – et le commentaire, inprimé en italique. Venons aux faits: Il y a dix ans, Nzé Kabila a été tué. Ensuite «Mwǎna ya Tatá» Kabila, son fils, a hérité la présidence, comme le prince d'un roi. Après ce premier tour monarchique, le petit Joseph a été reélu pour un deuxième tour qui prend fin ces prochains jours. Hors, selon la constitution que nous avons voté, le nombre de tours à la présidence est limité à deux. Donc. la candidature de M. Kabila est inconstitutionelle. Oui, illégale, hors la loi.

Restons aux lois: Kabila les change à son propre interêt. Le deuxième tour des éléctions: volé au peuple. Car avec onzes candidats, aucun aura la majorité. Donc, selon notre constitution, il aura un deuxième tour ou certains qui sont battu se retirent et deux ou trois se battent pour gagner avec une majorité rélative – comme Kabila et Bemba en 2007. Sauf: Kabila sait, qu'il ne vainquera jamais contre un candidat de l'oppositions qui que se soit. Donc il a distribué de l'argent aux députés pour qu'ils changent de la manière illégale la constitutions: pas de deuxième tour. Déjà le 11 août, nous avons publié que l'ambassadeur américain au Congo, William Garvelink a télégraphié les informations suivants au président américain: La présidence a versé «200 000 dollars à chaque membre du bureau de l'Assemblée».

Mais pourquoi la majorité du peuple de veut plus de ce fait-néant? La réponse est simple: au niveau international, il ridiculise le pays, au niveau nationale il recolonialise le pays en vendant le Congo au chinois, au niveau des provinces, il parle en pérmanence des cinque chantiers. Aucunn a été ouvert jusqu'à aujourd'hui dans la Province Orientale. Aucun.

Si Mobutu a volé les fruits du Zaïre, Kabila vole les arbres du Congo. Et l'argent dans ses poches ou celles de ses amis comme Vital Kamhere. Cela fait dix ans ou presque onze qu'il est ou pouvoir. Le résultat: l'nfrastructure encore plus cassé, la corruption encore plus élevé, entre six et huit millions de morts dans l'est, 48 femmes violés chaque heure – pour la plupart même par les hommes de l'armée kabiloise. Nous le savons. Nous le vivons. Et grâce aux documents Wiki-Liki que
Itimbiri ya Sika est en train de publié, nous avons aussi les preuves «à l'occidentale». Bon, chassons-le aussi à la manière occidentale: avec le bulletin de vote.

Commentaire par Dieudonné Lolémo Pilipíli



Onzes présidents pour le Congo: les candidats

Voici les onzes candidats en ordre alphabétique de leur nom:
Jean Andeka DjambaCe fils de Dionga du parti ANCC fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence.
Adam Bombole IntoleCe député indépendant de Mbandaka fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence. Sa candidature est plutôt une manière légitime pour gagner des voix poour être reélu comme député.
Joseph Kabila KabangeLe président sortant n'a pas le droit à un troisième tour. Il c'est déclaré «indépendant», ce qui est un mensonge.
François Nicéphore Kakese MalelaCe vétérinaire de l'URDC fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence.
Vital Kamhere lwa KanyiginyiKamhere, c'est le serpent. Proche de Kabila, il fait semblant qu'il est maintenant à l'opposition. Les américains le détestent, car il est aussi corrupte que son père politique, le président sortant. En effet, Kamhere ce dit opposant pour afaiblir l'opposition. Lui, il est un kabiliste pur et dur.
Oscar Kashala LukumuenaCe médécin lushois de l'UREC fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence.
Léon Kengo wa DondoUn anien politicien comme Tshisekedi. Par contre, selon tous les sources, il a perdu toute crédibilité dans la population. Une voix pour lui, c'est une voix perdue.
Antipas Mbusa NiamwisiCet ancien ministre indépendant fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence.
François-Joseph Mobutu Nzanga NgbangaweC'est le candidat pour faire rire: ancien ministre d'agriculture, il nous a annoné la reouverture du chemin de fer des Uele et ensuite il a perdu son poste de ministre, car il a quitté le Congo pour vivre en Italie. La ricolade pure.
Josué-Alex Mukendi
Ce pasteur lushois indépendant fait parti des candidats divers qui n'ont aucune chance à la présidence.
Étienne Tshisekedi wa Mulumba Vous me dites qu'il est trop vieux, «Tshitshi» Tshisekedi, qu'il était premier commisaire au Zaïre sous le roi Mobutu. Certes, mais regardons les choses de prêt: très experimenté, beaucoup de sagesse et le socialisme qui lui était si cher à sa jeunesse, il le voit aujourd'hui d'une manière modérée. Ce n'est peut-être pas le candidat de rêve, mais le seul qui peut stopper Kabila-hors-la-loi.

Commentaire
«Entre une opposition qui balbutie et un candidat qui a fait ses preuves dans la gestion de la République, la balance commence plutôt à pencher en faveur du président sortant qui marche bien en ce début de campagne», affirmait La Prospérité de Kinshasa.

Selon notre confrère, un sondage crédite à Kabila 32,8 % des voix contre 22,9% pour Vital Kamerhe et Étienne Tshisekedi wa Mulumba avec 20,5%. Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, aura 5,9% des voix. Pour les autres, la Prospérité note encore Antipas Mbusa Nyamuisi avec 2,2%, le fils de l'ancien dictateur François-Joseph Mobutu Nzanga avec 2,1%, et Adam Bombole Intole avec 1%. Or, ce sondage ne doit pas être crédible, car la précision des sondages au Congo laisse souvent à désirer.

L'Union Européenne, qui finance (quel honte!) nos élections, fait aussi des sondages, qui, contrairement à ceux de La Prospérité, ne sont pas publiés, mais sont un outil de travail pour vérifier la crédibilité du travail de la CEI. Depuis le mois de juillet, les européens sondent chaque mois. Selon nos informations d'une source à Bruxelles, capitale de l'Union Européenne, neuf candidats sur onzes auront moins de 10% – tous ensemble. Donc, ça sera comme en 2007 au 2e tour entre Bemba et le fils à papa. Cette fois contre Étienne Tshisekedi wa Mulumba. Celui devrait avoir entre 51 et 53% des voix, donc pas seulement vainceur et élu, mais aussi par une majorité du peuple. Le président sortant ne devrait pas dépasser les 41 à 43%.

Mais restons prudent. Ceci n'est pas un résultat, mais un sondage: même plus crédible que celui la majorité présidentielle. Le devoir de l'électeur est de partir et de voter. De choisir le meilleur parmis les candidats présents. Après 50 ans de misère, de malgérance, de dictature et d'enrichissement personnel, le pays a besoin d'un président crédible et sage.

par Esperance Monoko Polele

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).
Faites circuler ce journal auprès de vos amis et de vos proches. Le droit à l'information est fondamentale.

jeudi 3 novembre 2011

Éléction des députés nationaux:
Tous les candidats

CENI/Quinze candidats pour le seul siège de député national d'Aketi, dixhuit à Buta et trent-et-un pour les deux de Bondo - avant de faire son choix dans quinze jours, informez-vous!

Parlez avec vos amis, vos voisins. Qui connait un ou plusieurs candidats personellement? Lequel conaissez-vous personellement? S'il y a des candidats qui habitent dans la région, allez les voir, parlez avec eux. Ne demandez pas, s'ils sont d'accord avec ceci ou cela, mais plutôt ce qu'il pensent à tel ou tel sujet. Vous devrez voter pour celui qui pense à la même manière que vous. Ne croyez pas trop ce ques les candidats vous disent, mais jugez-les plutôt par leurs actes dans le passé.

Les candidats à l'éléction des députés nationaux 2011

Circonscription de Aketi
Femmes: 4 Hommes: 11 total: 15
Nombre de siège: 1
Nombre d'enrôlés: 72 894
Prénom Nom Postnom date de naissancené à partiprofession
Célestin Tebele Mbalaka12 décembre 1964 Aketi ADHsans
Armand Kasumbu Mbaya Borrey31 août 1964 Bukavu ARC Administrateur SNEL
José-Christophe Dukpa Mangoba23 septembre 1954 Mobwasa CDCChef de travaux ISP Buta
Marie-Hélène Wawa Mambulu30 septembre 1964 Bumba FCEnseignante
Jean Rene Kengba Ka25 mai 1965 Yakoma indépendantPréfet des Études
Marguerite Niki Imayonda17 octobre 1958 ButaindépendantExperte en Planification
Georgette Agadi Bukani Bakwa23 juin 1949 Beni MLCDéputé Nationale
Bienvenu Apalata Ambo11 avril 1978 AketiMSRMédecin
Jules Molasso N Misha28 août 1962 BumbaPALUAnimateur
Blaise Bakabate Ewale25 décembre 1972 AketiPPRDautre
Jean-Pierre Gbede Kambili24 juillet 1975 LikatiRCD/K-MLLibérale
Norbert Gebanga Tara-Ngutoro8 septembre 1964 AketiUDEMOChef d'Agence OCC Bumba
Marcellin Mazale Lekabusia26 juillet 1972 AketiUDPS/TSHISEKEDIautre
Christian Gbondo Masumbuku30 décembre 1965 AketiUNADEFAgent Secope Orientale IV
Odette Babandoa Etoa11 janvier 1961 KinshasaUNCAvocate
Circonscription de Buta
Femmes: 2 Hommes: 16 Total: 18
Nombre de siège: 1
Nombre d'enrôlés: 73 302
Prénom Nom Postnom date de naissancené àpartiprofession
Germain Adambu Mobiya1 novembre 1953 IsiroABRsans
Dieudonne Lekanda Adipatenge12 avril 1982 ButaACDCPasteur
Etienne Ambena Kpoku Mayeki9 juillet 1946 ButaAFDCEnseignat à L'ISP Buta
Thomas Tenalo Bongama18 décembre 1962 BasokoARCAncien Cadre Territorial
Alexis Adipandi Tekwinamay4 novembre 1952 BuniaCDCDéputé Provincial
Jean Lumaliza Aligwane18 décembre 1961 ButaindépendantAdministrateur du Territoire
Floribert Tepage Tedende23 mars 1955 KisanganiindépendantMédecin
Mohamed Bule Gbangolo Basabe7 mars 1947 GangaMLCDéputé Nationale
Roger Azogoda Lebakwa26 juin 1962 ButaMRCAEnseignant à l'ITM Buta
Homere Badiabale Tezangi22 octobre 1966 ButaMSRDéputé Nationale
Faustin Alipanazanga Ataningamu3 décembre 1960 TituleNPPPCPasteur
Célestin Mambambu Lanzi10 octobre 1935 ButaPALUFonctionnaire de l'État
Blaise Ayangasobe Bambabale10 décembre 1964 KisanganiPDCsans emploi
Charlotte Kwateba Yeleko25 septembre 1977 KisanganiPPRDDounière
Etienne Tekabileba Ndima Alipede2 juin 1957 ButaPREnseignant
Jacques Balekema Bate Kolosa15 septembre 1960 BondoUDPS/TSHISEKEDIEnseignant
Marcel Tabei N'Gbengo12 février 1939 ButaUNCDéputé National Honoraire
Veronique Lekabusia Ayoma25 mai 1974 IsiroUPRSecrétaire
Circonscription de Bondo
Femmes: 4 Hommes: 27 Total: 31
Nombre de sièges: 2
Nombre d'enrôlés: 110 584
Prénom Nom Postnom date de naissancené àpartiprofession
Dieu Donne Valere Aluma Fung'Sunguza30 mai 1958 WambaADHautre
David Tagonza Yogo2 juin 1965 NgogbeADHPréfet des Études
Issa Isaka Malamanga1 décembre 1980 BondoARCautre
Lucie Kipele Aky Azwa9 juillet 1960 MongaARCDéputée Nationale
Etienne Bangibangi Telalingbi1 avril 1946 MongaCDCDéputé Provincial
Blandine Dabongo Dangbe11 mai 1966 BiliCDCSecrétaire de direction
Kadi Mboligie Beleulu11 avril 1959 BondoFCVendeur carburant
Joseph Desire Mobutu Kambale8 juin 1980 KisanganiFC
Jean-Pierre Sese Alilo15 mars 1955 MongaindépendantDirecteur Provincal Secope
Marcel Zuma Anibie1 janvier 1986 Bayeindépendantautre
Jules Baza Binguluku2 février 1965 BondoMCRReverend Pasteur
Desire Koyengete Solo15 mai 1963 MongaMCRDéputé National
Christophe Kondanga Lemonde17 mai 1965 OuangoMLCEnseignant ISP Bondo
Shiko Mbowaka Kapatula24 août 1970 BondoMSRDéputé Provincial
Honore Mopaya Pakowe8 octobre 1967 MonganziMSRConseiller Principal
Nene Biyongo Zabibu10 octobre 1974 Malemba NkuluPALUsans
Dieu Merci Minos Amundala11 juillet 1986 GomaPALUsans
Mamy Abioba Tatala1 juin 1978 IleboPCDIAssistante dans L'ASBL Amisde Basil Kin
Eric Bebe Bibi9 octobre 1984 BondoPCDITraficant
Simon Gasawo Yangulume30 décembre 1962 AmadiPECOAdministrateur
Baudouin Nondi Ngbakoli20 juillet 1964 BayePPPDTrésorier
Augustin Panamoya Ekopele4 décembre 1955 YaligimbaPPPDDéputé Provincial
Prince Ibrahim Lingo Ngbandani15 février 1973 MongaPPRDOpérateur Économique
Valentin Senga Paysayo5 mai 1964 BondoPPRDSénateur
Serge Kungba Bale23 juillet 1971 MongaPRPRIngénieur
Nestor Degbia Gomango30 septembre 1971 MongaRCD/K-MLEnseignant
Joseph Ngigala Zapay13 mars 1978 BiliRCD/K-MLEnseignant
Dieu Donne Sanga Mavolo15 septembre 1982 BondoUDPS/TSHISEKEDIautre
Casimir Mata Longa24 janvier 1963 AketiUFCCommercant
Jean- Paul Gbelo Lonebe21 juillet 1963 MongaUNCAssistant à l'ISP Bondo
Abdoul Djabar Masikini Mala Paygba28 décembre 1958 BondoUNCOpérateur Économique
Pour voir les photographies, cliquez sur les sous-titres. Vous seriez transmis vers le site de la CENI avec des petits photographies. Là, vous pouvez aussi voir les candidats d'autres territoires.


Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 27 octobre 2011

Mgr Andavo Mbia confirme:
«Les gens ont peur!»

La terreur contre la population civile continue chaque jour – il a un manque de volonté de résoudre le problème. Pendant que M. Kabila croise les bras, Itimbiri ya Sika introduit des nouvelles téchnologies dans la bataille contre les terroristes et pour la protection de la population.

L'évêque d’Isiro-Niangara, Mgr Julien Andavo Mbia a confirmé pendant une visite auprès de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en détresse: «Les gens ont peur!»

Selon Mgr Andavo, les actes de violence du mouvement terroriste qui pérsistent depuis maintenant presque 32 ans, ont certes diminué un peu ces derniers mois. Par contre, par crainte de nouvelles attaques, de nombreux réfugiés n’oseraient pas retourner dans leurs villages. «Ils restent dans les zones protégées par des soldats, mais ils n’y disposent ni d’un logement ni suffisamment de nourriture», disait Andavo qui a exhorté les croyants à une plus profonde solidarité les uns envers les autres. Actuellement, l’évêché d‘Isiro-Niangara organise un synode, placé sous la devise «Recevoir, vivre et transmettre le message du Christ».

<> <> <>
L'évêché d‘Isiro-Niangara compte une superficie de 60 000 km2 et est divisé en 23 grandes paroisses. Il est limitrophe de l’Ouganda et de la République du Soudan du Sud. Il compte 1,2 million de catholiques, dont 89 prêtres.

* ** *** ** *
La bonne nouvelle d'abord: Les gens ne se laissent pas faire. Et: La bonne nouvelle vient toujours de l'Église. Pendant que un certain M. Kabila croise ses bras et part au dîner avec les chinois, c'est Mgr Andavo Mbi, qui pourrait être même le grand-père de cet enfant de président, Andavo qui se batte pour notre région. Il dénonce, lance des appelles par radio et par phonie, sur onde courtes, informe la presse internationale, organise la Caritas à soutenir les villagois qui doivent se cacher dans la savanne ou loin de chez eux. Certes, il n'est pas seul. Mgr Étienne Ung’eyowun, évêque de Bondo, Mgr Richard Domba Mady de Dungu et Mgr Janvier Kataka Luvete de Wamba font le leur.

Ce n'est pas sans raison, que nous avons écrit il y a un an: L'Église Catholique en train de stabiliser la situation au Nord des deux Uele car c'est vraiment elle qui est la seul qui fait ce qu'elle peut faire. Avec le soutien de Sauvez les enfants, une organisation non-gouvernementale américaine, Itimbiri ya Sika publie à partir de toute suite et en temps réel la présence des terroristes sur une carte qui est accessible sur le site internet du journal (accessible avec un ordinateur avec un navigateur (litámbwisi-bolúki) ou avec un téléphone dit 'inélligent' ou ordiphone, pour les cités où le téléphone mobile fonctionne).

Certes, pour l'instant ce n'est pas à beaucoup d'endroit, mais cela viendra petit à petit. Et le réseau radiophonique de l'Église et en train d'être agrandi avec le soutien d'autres américains. Ces américains sont d'une agence gouvernementale, car le gouvernement des États Unis a compris, que Kabila laisse toujours faire les terroristes, pour avoir le soutien militaire des États Unis. Mais maintenant ce jeu est fini. Il n'y a plus de soutien américain pour les soldats qui violent les femmes plutôt de partir dans le combat, comme nous avons informé dans notre édition de la semaine passé, ce sont les américains eux-mêmes qui intervienne dans la savanne du Haut-Uele.

Pas de Cinq Chantiers dans notre province, pas de protection de la population, soutien - au moins indirecte - des terroriste par Kinshasa, de viol sans fin par les FARDC, Jean-Pierre Bemba en prison sans procès depuis bientôt quatre ans: M. Kabila a perdu toute crédibilité.

Commentaire par Dieudonné Lolémo Pilipíli


Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 20 octobre 2011

Comment capturer ou tuer Joseph Kony, le térroriste en chef de la LRA ougandaise?

OKP/C'est vendredi passé que le président des États Unis d'Amérique annonca d'envoyer cent conseiller militaires dans notre région pour capturer le térroriste en chef Joseph Kony et ces combattants, qui – depuis 1987 – ont tué des centaines de citoyens et capturer plus que 66 000 enfants.

Réaction bizzare de la part de notre gouvernement à Kinshasa: Ce mardi, M. Kabila a précisé que Joseph Kony n’est plus au Congo, mais plutôt en Centrafrique. Mais à part de cette information très précise, il fait semblant de ne rien savoir: «Est-ce qu’on aura des marines ici chez nous, dans le parc de la Garamba pour traquer Monsieur Kony? Je ne sais pas. Du moins, officiellement, le Congo n’a pas encore été contacté.» Cela veut dire en terme clair, que le chef d'état et les chefs de l'armée sont au courrant depuis bien long temps à travers des informations discrets, mais ils ne veulent rien dire à la population. Trop bête, si le président en personne ne peut pas garder un secret et se trahit devant la presse nationale.

* ** *** ** *
L'armée de résistance du Seigneur (LRA), le groupe térroriste ougandais, dirigée par Joseph Konyi, a provoqué d'indicibles souffrances humaines pour les deux dernières décennies. Elle térrorise la population dans quatre pays différents, l'Ouganda, le Sud-Soudan, le Congo et la République centrafricaine. Le président américain Barack Obama vient d'annoncer que l'Amérique envoie 100 hommes des forces spéciales dans la région pour aider à mettre fin à la terreur de Kony.

Les nouvelles de l'implication directe de forces spéciales américaines dans un combat contre la LRA, en soutenant une opération coordonnée au niveau régional, est en effet très encourageants. Konyi, comme aucun de ces personnages sans scrupules qui marchait sur la terre devant lui, tend à ne pas réagir sous la pression montée. Des personnages recherchés piquent une colère au moment où ils sont poussés. Les gens de cette nature partagent quelques traits communs pour être narcissique, paranoïaque, et timide. Ils ont la tendance à partager l'été que l'univers tourne autour d'eux, ce qui alimente leur ego surgonflé et le sentiment d'importance de soi, dépourvu de tout sens de la moralité. Ces personnalités sont délirants, pensant que tout le monde dehors leur obtient. Ils ont confiance à personne. Ils ont peur de faire face et affronter les réalités. Ces traits ont été vu chez Saddam Hussein, Oussama Ben Laden et Joseph Konyi, pour ne citer que quelques-uns. Ils ont tous contribué au carnage de l'humanité, mais quand c'était leur tour de prendre leur part, ils se sont avérés être les plus grand lâches, même plus innocent que leurs victimes.

Dans le cas de Saddam Hussein, lui-même façonné comme un Saladin, un conquérant musulman légendaires du 12ème siècle, qui chassa les occidentaux de l'Orient. Comme le conquérant, Saddam était asoiffé de conquête. En de nombreuses occasions, il a tenté d'envahir les pays voisins de l'Irak. Saddam Hussein a admiré Adolf Hitler (qui a tué 80 000 000 d'hommes; photo en noir/blanc), pour sa brutalité. Il portait même la moustache d'Hitler comme un signe d'honneur. A un clic de ses doigts, des centaines, sinon milliers de personnes pourraient être commandés à mourir. Saddam n'avait confiance en personne.

Même les plus proches étaient des suspects. Il employait un avant-goût des aliments à prendre à l'hameçon, au cas où sa nourriture avait été empoisonné. Pendant les repas, Saddam aurait brutalement basculer les plaques, la plaque pour éviter le risque de manger à partir d'un contaminés. Il n'a jamais dormi dans une maison pour deux jours de suite et il se déplaca constamment d'un lit dans une autre. Cependant, quand il est venu à l'heure de vérité, il trouva pas d'autre endroit sur terre que de se cacher sous terre, dans un trou de 3x2 mètres. Saddam a été sorti du trou, comme un rat. Il n'avait même pas le courage à utiliser son arme.

Oussama Ben Laden propose également des caractéristiques perspicace d'une personnalité mégalomane. Ben Laden se considérait comme le véritable représentant de l'islam sur terre. Il a faussement cru qu'il était capable d'apporter la vraie religion de l'Islam pour les six milliards de personnes occupant la terre. Pour lui, la fortune de son papa, était assez pour acheter un lavage de cerveau de jeunes musulmans pour les faire mordre pour lui. Son modus operandi consistait à effrayer les gens par des actes terroristes jusqu'à ce qu'ils capitulent et soumisaient à sa grande vision du «vrai islam». Ben Laden était une armée en un seul homme, en prenant le jihad contre six milliards d'âmes. Il pouvait tuer à volonté et n'avait aucun remords pour toute perte de vies. Ben Laden lui-même isolée de la sphère du monde réel, mais une fois qu'il s'est retrouvé face à face avec un vrai pistolet dirigé sur lui, le meilleur ce que le monstre pouvait faire, était de se protéger derrière sa jeune épouse, voulant lui laisser prendre la balles pour lui . Ce fut un soldat américain qui a montré ceci au monde grâce à l'enregistrement vidéo. Ben Laden pouvait tirer sur des gens avec des fusils, mais quand il est venu à un échange de tirs réels, il était impuissant. Alors ce fut un homme macho qui prêchait sans cesse au monde entier que les hommes sont plus forts et plus courageux en général que les femmes, seulement de se cacher derrière une femme quand les choses se sont corsées. Ce qui laisse à se demander si une autopsie adéquate était sous prises pour déterminer le sexe définitives de Ben Laden.

Joseph Konyi n'est pas loin derrière ses complices mégalomane quand il s'agit d'afficher ses caractéristiques. Konyi est d'une adultération misfit, d'une mauvaise éducation chrétienne qui est tombé sous le charme de la sorcellerie. Le vieillard peut difficilement réciter les dix commandements bibliques, sans parler de leur donner un sens. Et pourtant, il a l'ambition de diriger l'Ouganda avec les dix commandements. Konyi prétend qu'il entend des voix qui font rage dans son cerveau, un diagnostic clinique d'un malade mental. Il survit en lui infligeant la peur chez ses subordonnés ainsi que de terroriser les victimes. Il se sent comme il est entouré d'ennemis à tout moment, faisant de lui l'insécurité et toujours un danger sur son environnant.

Maintenant, avec les nouvelles de la coordination des opérations régionales contre lui, aidé par des commandos américains, la folie de Konyi va bientôt atteindre son paroxysme, le conduisant dans la prise de décisions incohérentes, qui se transforme en mener à sa capture ou d'être tué. La méfiance de
Konyi envers ses commandants va augmenter de façon spectaculaire comme il sent la pression exercée. Cela fonctionne bien dans les mains des forces régionales, comme cela provoquera le schisme parmi les combattants de la LRA. Juste comme il l'a fait avant, sans doute Konyi veut préventivement faire pression contre ses commandants d'ont il se méfie. En conséquence, il y aura des défections en masse, un processus lequel les forces régionales doivent encourager par tous les moyens possibles, étant donné que tous ces combattants seront admissibles en vertu de l'amnistie, à l'exception des commandants inculpé, y compris Joseph Konyi. Avec les défections accrue entre les gradés et les soumis, Konyi sera vulnérable, abandonné dans l'isolement avec les seules forces qui n'auront pas la possibilité de le protéger. Ces transfuges vont quitter la jungle avec l'arme la plus précieuse: l'intelligence qui va conduire à la disparition définitive de Konyi. Non seulement cela, ces commandants de la LRA qui se sentent menacés par la folie de Konyi, peuvent riposter contre lui en légitime défense. En fin de compte, ce Konyi dans son état de paranoïa, peut effectivement bien tomber sous les balles de ses propres camarades. Alors laissez la pression augmenter et commencer la paranoïa Konyi de prendre son temps et lieu.

Commentaire par Steve Paterno, Sudan Tribune